Titaua Peu

Titaua Peu

Titaua Peu est une écrivaine tahitienne, née en Nouvelle-Calédonie où sa famille s’est établie au moment du boom du nickel. Alors qu’elle est âgée de 2 ans, sa famille décide de rentrer définitivement à Papeete, quartier de la Mission.
Elle effectue sa scolarité à l’école des sœurs de la Mission, puis au collège La Mennais et enfin au Lycée Paul Gauguin où elle obtient en 1994, son Bac A, l’équivalent aujourd’hui du bac littéraire.

Dans son premier roman Mutismes (2002), l’autrice révélait déjà que « Le manque de paroles dans les familles tahitiennes est responsable de frustrations et de conflits ».
Treize ans plus tard, elle publie Pina, roman dans lequel elle fait le portrait d’une Polynésie contemporaine déchirée par la misère et les différences qui séparent les hommes. A travers l’histoire d’une famille, celle d’Auguste, de Ma et de leurs enfants, dont Pina, petite fille délaissée, Titaua Peu lève le voile sur les violences morales, affectives, sexuelles et sociales auxquelles tous doivent survivre. Le roman a reçu le Prix Eugène Dabit du roman populiste 2017.

Militante féministe et indépendantiste son message est toujours le même : « c’est l’ignorance qui mène à la violence ».

 

Bibliographie :

  • Mutismes, Éditions Haere po, 2002
  • Pina, Éditions Au Vent des Iles, 2016, Prix Eugène Dabit du roman populiste 2017

 

Revue de presse :

« La plume de Titaua Peu résonne dans un silence qu’elle tente de briser avec une prose d’une poésie noire et tourmentée. »
Le Journal Du Dimanche

« La jeune écrivaine (la petite quarantaine) […] se réapproprie la parole longtemps monopolisée par les Européens et redonne sa place à la partie « noire » du patrimoine polynésien. »
Christine Chaumeau – Le Monde Diplomatique

 

Web :

A propos de Pina sur le site de Télérama, une longue interview de Titaua Peu.

Et sur le site du Monde Diplomatique.