Joseph Incardona

Joseph Incardona

Joseph Incardona est né en 1969 d’un père italien et d’une mère suisse. Écrivain, scénariste, metteur en scène et réalisateur, il est l’auteur de douze romans, de deux recueils de nouvelles ainsi que de trois pièces de théâtre. Il a également co-réalisé un long métrage de fiction avec Cyril Bron, (Milky Way, 2014, Prix du film policier de Liège).

Ses références puisent pour une part dans le roman noir et social des XIX et XXème siècle (américain, russe, français), ainsi que dans le cinéma. Ramuz, Céline, Crews, Fante, Carver ou Bukowski sont des auteurs de sa bibliothèque idéale.

Malgré la gravité des thèmes traités, ses œuvres se distinguent par leur ton décalé, alliant lucidité, humour et pudeur. Narrateur de talent, fasciné par les différentes nuances du tragique, Joseph Incardona est également un styliste à la recherche de la forme juste, sans concession ni superflu. Il remporte le Grand prix du roman noir français avec Lonely Betty (2011), le Grand prix de littérature policière pour Derrière les panneaux il y a des hommes (2015), le Prix du polar romand avec Chaleur (2017), tous trois aux publiés aux éditions Finitude. Librement inspiré de son enfance binationale dans la Suisse des années 70, Permis C (BSN Press), repris chez Pocket sous le titre Une Saison en enfance, il remporte le Prix du Roman des Romands 2018.

À ce jour, ses écrits comptent des romans où ses personnages sont en bute aux caprices de leur destin en mouvement, sorte de combinatoire des événements qui les emmènent de « l’autre côté du miroir », quitte à en devenir des héros ou des héroïnes du tragique ; parfois plus grands que la vie elle-même (Derrière les panneaux il y a des hommes, Chaleur, Lonely Betty, 220 Volt, La Soustraction des possibles…)

Son autre volet comporte une trilogie plus personnelle, dans laquelle on suit les péripéties d’un alter ego de l’auteur, André Pastrella. Ces romans, bien que parfois largement autobiographiques, n’en restent pas moins des fictions où il est inutile de vouloir démêler le vrai du faux. Car, s’il est un lieu ou la vérité est équivoque, c’est bien en littérature.

Joseph Incardona est traduit dans une dizaine de langues et vit à Genève.

 

Bibliographie :

Romans et nouvelles

  • Le Cul entre deux chaises, Pocket, 2002
  • Taxidermie, Éditions Finitude, 2005
  • Banana spleen, Éditions Delphine Montalant, 2006
  • Dans le ciel des bars, Pocket, 2006
  • Remington, Fayard Noir, 2008
  • Enjeux 7 (Collectif) : 37 m², Bernard Campiche Editeur, 2009
  • Lonely Betty, Éditions Finitude, 2010, prix du Roman Noir du Festival de Beaune 2011
  • 220 volts, Fayard Noir, 2011; réédition Milady, 2016
  • Trash circus, Éditions Parigramme, 2012
  • Misty, Baleine, 2013
  • Aller simple pour Nomad Island, Seuil, 2014
  • Derrière les panneaux il y a des hommes, Éditions Finitude, 2015, grand prix de littérature policière 2015
  • Permis C, BSN Press, collection fictio, 2016
  • Les Poings, BSN Press, collection uppercut, 2017
  • Chaleur, Éditions Finitude, 2017
  • La Soustraction des possibles, Éditions Finitude, 2020

 

Revue de presse :

A propos de Chaleur

« Glaçant petit bijou de narration sèche et chef-d’œuvre de désespérance grinçante. Tout au long de ce récit, Incardona verse avec un sens redoutable de la mesure et de l’efficacité des rasades d’un humour rafraîchissant. »
François Angelier, Le Monde.

 « C’est brûlant, glaçant, effrayant. Un beau bijou noir. »
Alexandra Schwartzbrot, Libération.

« Chaleur est le roman d’une poignée d’hommes fous d’orgueil et de désir d’absolu. […] On se rapproche de l’Américain Harry Crews avec ses personnages stupides et obsédés, peuplant des chefs-d’œuvre comme la Foire aux serpents. Joseph Incardona est de la même famille. »
Christine Ferniot, Lire

A propos de La Soustraction Des Possibles

« La Soustraction Des Possibles souligne incontestablement la somme de travail colossal d’un écrivain talentueux nous offrant un roman cinglant d’une rare intensité dont l’impact nous fait encore vaciller une fois l’intrigue digérée. Joseph Incardona est un auteur saisissant. »
Cédric Ségapelli  – Mon Roman Noir et Bien Serré

« Une claque monumentale. »
François Busnel, La Grande Librairie.

 

Web :

Le site de l’auteur

Une chronique de La Soustraction des possibles sur le blog Lettres et Caractères

«L’écriture est l’art du pauvre, tu voyages léger» : entretien avec Joseph Incardona en janvier 2020 sur le site de Libération.