Abonnement aux flux : Articles

Yasmina Khadra

0 commentaire

Yasmina Khadra

Yasmina Khadra

Ancien officier dans l’armée algérienne, Yasmina Khadra, de son vrai nom Mohammed Moulessehoul, est aujourd’hui l’une des plus importantes voix du monde arabe et ambassadeur de la langue française.

Mohammed Moulessehoulest né en 1955 à Kenadsadans le Sahara Algérien. Son père, membre de l’Armée de Libération Nationale, blessé en 1958, décide d’envoyer son jeune fils de neuf ans dans un lycée militaire afin de faire de lui un officier. Le jeune homme effectue toutes ses études dans des écoles militaires avant de servir comme officier dans l’armée algérienne pendant 25 ans. Dans les années 90, il prend part à la guerre contre le terrorisme. Il quitte l’institution militaire en 2000, avec le grade de commandant, afin de se consacrer à sa vocation d’écrivain. Il a choisi d’écrire en français.

Dès 1973, à 18 ans, Mohammed Moulessehoul écrit son premier recueil de nouvelles qui ne paraitra que onze ans plus tard. A partir de 1984, il publie, sous son propre nom, ses premiers romans. Il obtient plusieurs prix littéraires, dont celui du Fond international pour la promotion de la culture (de l’UNESCO) en 1993. Afin d’échapper au comité de censure militaire institué en 1988, il décide de publier ses ouvrages sous pseudonyme. Le Dingue au bistouri (Éditions Laphomic-Alger 1989) est le premier roman de la série des Commissaire Llob. Mohammed Moulessehoul écrit pendant onze ans sous différents pseudonymes et collabore à plusieurs journaux algériens et étrangers pour défendre la cause des écrivains algériens. En 1997, parait en France, aux Editions Baleine, le roman Morituri qui révèle son auteur au grand public sous le pseudonyme de Yasmina Khadra.

Dès lors, il opte définitivement pour ce pseudonyme. Ces deux prénoms sont ceux de son épouse, qui l’a toujours soutenu et encouragé à transgresser les interdits et contourner la censure.

Les déboires de Brahim Llob, commissaire incorruptible dans une Alger dévorée par le fanatisme et les luttes de pouvoir, se poursuivent avec Double Blanc et L’Automne des chimères, deux romans parus en 1998, puis La Part du mort (2004).

Khadra met également en lumière les difficultés du dialogue entre l’Orient et l’Occident à travers trois romans fondamentaux : Les Hirondelles de Kaboul (2002), qui conte l’histoire de deux couples afghans sous le régime des Talibans, L’Attentat (2005), roman dans lequel un médecin arabe, Amine, intégré en Israël, recherche la vérité sur sa femme kamikaze, et Les Sirènes de Bagdad (2006) qui relate le désarroi d’un jeune bédouin irakien poussé à bout par l’accumulation de bavures commises par les troupes américaines.

Yasmina Khadra venu s’installer en France en 2001 avec sa femme et ses trois enfants,  poursuit une œuvre dont la notoriété s’étend à présent dans le monde entier. Ses romans noirs et politiques sont traduits en quarante-deux langues et adaptés au cinéma, au théâtre, en bande dessinée, en chorégraphie…

Le prix Nobel sud-africain John Maxwell Coetzee voit en cet écrivain prolifique un romancier de premier ordre.

 

Sous son vrai nom Moulessehoul Mohammed

Amen, 1984, à compte d’auteur, Paris

Houria, 1984, ENAL, Alger

La Fille du pont, 1985, ENAL

El Kahira – cellule de la mort, 1986, ENAL

De l’autre côté de la ville, 1988, L’Harmattan, Paris

Le Privilège du phénix, 1989, ENAL

 

Sous son nom de plume Yasmina Khadra

Le Dingue au bistouri, 1990, Laphomic, Alger et 1999, Flammarion (J’ai lu 2001), Paris (adapté en BD par Mohamed Bouslah, Alger 2009)

La Foire des enfoirés, 1993, Laphomic

Morituri, 1997, Baleine, Paris, Trophée 813 du Meilleur polar francophone ; (Folio policier 2002)

L’Automne des chimères, 1998, Baleine, Prix allemand du roman noir international, (Folio policier 2001)

Double blanc, 1998, Baleine, (Gallimard, Folio policier 2000)

À quoi rêvent les loups, 1999, Julliard (Pocket 2000)

Les Agneaux du Seigneur, 1998, Julliard (Pocket 1999), Paris

L’Écrivain, 2001, Julliard, (Pocket 2003)

L’Imposture des mots, 2002, Julliard (Pocket 2004)

Les Hirondelles de Kaboul, 2002, Julliard (Pocket 2004)

La Part du mort, 2004, Julliard, (Gallimard, Folio policier 2005)

La Rose de Blida, 2005, éd. Après la lune, Paris., (Sedia 2007)

L’Attentat, 2005, Julliard, (Pocket 2006)

Les Sirènes de Bagdad, 2006, Julliard ; (Pocket 2007)

Le Quatuor algérien : Morituri, Double blanc, L’Automne des chimères, La Part du mort (en un seul volume, Gallimard, Folio policier 2008).

Ce que le jour doit à la nuit, 2008, Julliard, (Pocket 2009)

La Longue Nuit d’un repenti, 2010, Éditions du Moteur

L’Olympe des infortunes, 2010, Julliard, (Pocket 2011)

Œuvres, t. 1, 2011, Julliard

L’Équation africaine, 2011, Julliard ; Pocket 2012 ; France Loisirs 2012

Les Chants cannibales, 2012, Éditions Casbah-Alger

Algérie, éditions Michel Lafon (Beau-Livre en collaboration avec le photographe Reza), 2012

Les Anges meurent de nos blessures, Julliard ; septembre 2013

Qu’attendent les singes ?, Julliard, 4 avril 2014, Paris ; Casbah, 6 avril 2014, Alger.

 

Le site de l’auteur.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Captcha * Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.