Abonnement aux flux : Articles

Willy Uribe

0 commentaire

Willy Uribe

Willy Uribe

Willy Uribe, né en 1965 à Bilbao (Pays Basque, Espagne) a commencé à écrire très jeune. Son premier livre, Cuentos revueltos, a été publié en 1986 dans les collections de l’atelier d’écriture créé par l’écrivain Ramiro Pinilla à la fin des années 70. Il a étudié la photographie et a travaillé dans les années 90 comme photographe aérien et industriel. Au début des années 2000 il parvient à marier la photo, l’écriture et sa passion pour le surf et voyage dans le monde entier comme reporter indépendant pour les revues spécialisées. A partir de 2008 il se recentre sur l’écriture, avec une préférence pour le roman et la nouvelle.

Son seul roman disponible en français, préfacé par Carlos Salem, est Le prix de mon père (Rivages/Noir). Pour la même collection, Claude Bleton vient de traduire le roman Los que hemos amado, qui n’a pas encore été publié.

 

Le prix de mon père (Sé que mi padre decía) 2012 Rivages/Noir.

 

«Pour savoir tout le bien qu’on pense de ce roman, le mieux est d’en lire l’excellente préface «Un Jim Thompson de Bilbao, et surfeur», qu’a écrite spécialement pour l’édition française le non moins excellent Carlos Salem. Uribe nous offre un roman bien noir, sec et dense qui explore Bilbao – peu représentée dans le noir espagnol traduit en France. Aucun des personnages n’est sympathique, Ochoa pourrait inspirer la pitié s’il n’était pas aussi veule. L’histoire, retorse à souhait, ne manque pas de rebondissements, le tout sur un faux rythme et une exploitation du temps passé à ne rien faire. C’est une réussite et comme le dit si bien Salem, «qui lit un roman d’Uribe en réclamera un autre».

Christophe Dupuis, BiblioObs

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Captcha * Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.