Abonnement aux flux : Articles | Commentaires

Romain Slocombe

1 commentaire

Romain Slocombe -  © Jean Raymond Hiebler

Romain Slocombe – © Jean Raymond Hiebler

Dessinateur, photographe, écrivain, et vidéaste, Romain Slocombe est un artiste singulier à la croisée des cultures occidentales et orientales.

Très tôt inspiré par le Japon érotique et fétichiste, il en fera le thème central de son travail.

Proche du collectif Bazooka, il débute à Métal Hurlant dans les années 70. Il sort en 1978 un premier album, Prisonnière de l’Armée rouge, puis un premier roman, Phuong-Dinh Express (1983), inspiré par la guerre du Vietnam.

Dès lors, il va publier régulièrement ses dessins dans la presse et l’édition, et exposer ses œuvres graphiques et photographiques en France et à l’étranger, tout en se consacrant de plus en plus à l’écriture, avec en particulier des romans noirs et cocasses mettant en scène son alter ego, le photographe Gilbert Woodbrooke, dont six titres sont parus à ce jour dans la Série Noire puis chez Fayard Noir.

En 2011, répondant à l’invitation éditoriale de la collection « Les Affranchis (collection) », il publie Monsieur le Commandant, un roman sous forme de lettre de dénonciation, où le personnage principal, académicien pétainiste et antisémite, tombe follement amoureux de sa belle-fille avant de demander à ce qu’elle soit déportée. Le livre obtient un vif succès et est couronné par le prix Nice Baie des Anges.

 

Romans

. Phuong-Dinh Express – Les Humanoïdes associés, 1983 – Presses Universitaires de France, 2002

. Un été japonais – Gallimard, 2000

. Brume de printemps – Gallimard, 2001

. Averse d’automne – Gallimard, 2003 – Prix Sang d’encre 2004

. Regrets d’hiver – Fayard, 2006

. Saké des brumes – Baleine /Le Seuil, 2002

. La Japonaise de St. John’s Wood – Zulma, 2004

. Nao – Presses Universitaires de France, 2004

. Envoyez la fracture ! – éditions La Branche, 2007

. Mortelle résidence – éditions du Masque, 2008

. Lolita complex – Fayard, 2008

. Christelle corrigée – Le Serpent à Plumes, 2009

. L’Infante du rock – Parigramme, 2009

. Sexy New York – Fayard, 2010

. Monsieur le Commandant – collection « Les Affranchis (collection) », NiL, 2011

. Shanghai Connexion – Fayard, 2012

 

Essais

. L’Art médical – Temps futurs, 1983

. L’Empire érotique – La Sirène, 1993

. Carnets du Japon – Presses Universitaires de France, 2003

 

Romans jeunesse

. Les Évadés du bout du monde – Syros, 1987

. Le Détective du Palace Hôtel – Syros, 1988 – rééd. 2005, 2008

. Le Bandit rouge – Nathan, 1992

. Malédiction à Chinatown (avec Étienne Lavault) – Hachette, 1994

. Qui se souvient de Paula ? – Syros, 2008

 

Bandes dessinées

. Prisonnière de l’Armée Rouge ! – Les Humanoïdes associés, 1978 – Le Lézard Noir, 2006

. Yeun Ok, l’infirmière héroïque – Futuropolis, 1984

. Tokyo Girl – Magic-Strip, 1985

. La Nuit de Saigon – Futuropolis, 1986

. Tigres volants contre zéros – Albin Michel, 1989

. Cité des anges (avec Marc Villard) – Albin Michel, 1989 – Prix du festival Jazz-Polar 1990

 

Regrets d’hiver

« Cette fascination ambiguë, entre attirance irrépressible et répulsion, donne une coloration étrange à ce cycle romanesque, une des entreprises les plus singulières et les plus ambitieuses du roman policier français contemporain. »

Gérard MEUDAL (Le Monde des livres)

 

Brume de printemps

« Le roman de Slocombe montre une réalité pour la contredire aussitôt, dévoilant dans un même mouvement la surface des choses et leur envers, soulignant une faille au bord de laquelle le lecteur se retrouve saisi d’émerveillement et de vertige. (…) Ni apologue ni pamphlet, Brume de printemps est non seulement un roman policier parfaitement maîtrisé, mais surtout l’analyse d’une fascination qu’il fait partager au lecteur s’il ne l’éprouvait déjà. »

Gérard MEUDAL (Le Monde des livres)

 

Nao

« Le nouveau roman de Romain Slocombe est impeccable comme un jardin japonais. Il n’y a pas un mot de trop. En revanche, tous tuent. »

Patrick BESSON (Marianne)

 

Monsieur le Commandant

« C’est un livre terrible que publie Romain Slocombe dans la collection Les Affranchis, dont le principe est simple: « Ecrivez la lettre que vous n’avez jamais écrite. » Là où la plupart des auteurs convoqués choisissent la lettre au père, à la mère, au frère ou à la soeur disparue (et réussissent avec plus ou moins de bonheur), Romain Slocombe a écrit une lettre de dénonciation. Le résultat est extraordinaire et fait de ce livre non seulement le meilleur de la collection mais, sans aucun doute, l’un des livres phares de cette année 2011. »

François Busnel  (L’express)

 

Site : www.primalinea.com/slocombe

Site : www.myspace.com/medicalart

Interview de Romain Slocombe.

  1. Un gârs dont il faut se méfier, très douteux, en tout cas si vous le lisiez, prenez la description sur l’ histoire de la bombe atomique Hiroshima ou Nagasaki, des pages « très terribles, effrayantes » j’ ai jamais été si secoué du dit du vieil homme, boulversant. Par contre le « Commandant… » bof ! Continues tes Roman Slocombe. Je t’ avais vu au Mans…ou Mauves…ou Bordeaux, je ne sais plus. En tout cas tes pépées et ton héros au Japon me font vraiment marrer et pourtant j’ aime pas trop les noirs « humouristiques », « brinde-zincs » ou « déjantés ».Salut et fraternité

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Captcha * Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.