Abonnement aux flux : Articles

Rencontre avec Peter Farris, le mercredi 27 septembre à la librairie Floury Frères

1 commentaire

Rencontrez Peter Farris, à la librairie Floury Frères,

en partenariat avec Toulouse Polars du Sud,

le mercredi 27 septembre, à 18h30

Librairie Floury Frères, 36 rue de la Colombette, à Toulouse

 

Peter Farris (c) William Hamilton

Peter Farris est né en 1979, et vit aujourd’hui dans le comté de Cherokee en Géorgie (au-dessus de la Floride, le côté est borde l’Atlantique, capitale Atlanta.

Après avoir obtenu une licence à l’Université de Yale, il se lance dans la musique, pour le meilleur ou pour le pire. Plutôt que de poursuivre ses études ou de tenter de faire carrière, il devient chanteur dans un groupe rock du Connecticut : Cable. Le groupe se produit principalement dans le nord-est des États-Unis, multiplie les concerts et les enregistrements et sort un disque-concept intitulé The Failed Convict.

En parallèle de ses activités musicales, Peter Farris gagne sa vie comme guichetier dans une banque de New Heaven, dans le Connecticut. Il y travaille quelques semaines jusqu’à ce que la banque soit cambriolée. Cet événement a profondément marqué Peter Farris, et quand il se mettra sérieusement à écrire, il intégrera une scène de braquage dans son premier roman. Cela donnera le roman Dernier appel pour les vivants, qui connait un réel succès aux Etats-Unis et à présent en France grâce à la traduction des Editions Gallmeister.

Dans Le diable en personne, son second roman noir qui parait en 2017, Peter Farris, offre un portrait cinglant d’une Amérique incontrôlable, d’un pays rongé par la violence.

Le diable en personne est en lice pour le Grand Prix des Lectrices de Elle 2018, dans la catégorie Polars.

  • Dernier appel pour les vivants, Neo Noir, Editions Gallmeister, 2015
  • Le diable en personne, Neo Noir, Editions Gallmeister, 2017

A propos Dernier appel pour les vivants

« Du sang, de la poudre, de la sueur, de l’adrénaline et de la testostérone, ce sont les principaux ingrédients de ce roman nerveux, mordant. Plein de rebondissements, de surprises et de personnages qui font froid dans le dos. »

Emmanuel Romer – La Croix.

A propos de Le diable en personne

« Un roman sans concession, aussi abouti que pouvait l’être le premier roman de Peter Farris Dernier appel pour les vivants. Une plume puissante est née. »

Anne Lessart – Le Télégramme.

A propos Dernier appel pour les vivants de sur le site Encore du Noir de Yan Lespoux,

et sur le blog Actu du Noir de Jean-Marc Laherrère

 

  1. LESSIEUX J.claude says:

    Bravo, quel plateau, tj aussi bio dont 2 Gallmeister Farris et T.Robinson dont je viens de terminer l’ excellent « Une affaires d’ hommes » et j’ ai le « Cassandra » sous le coude. J’ ai trouvé « Cinq ciels » hier c/ Emmaüs à 1,00 € et j’ ai trouvé « Deep winter de S.W Gailey dans la bite à livres de la commune. Je suis tombé raide dingue de cet éditeur depuis 6 mois, j’ ai dû en lire près d’ une vingtaine poche ou grd formant que je préfère. Je suis sûr du succès de vos journées. Votre affiche est remarquable. Bravo. Bien cordialement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Captcha * Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.