Abonnement aux flux : Articles

Philippe Huet

0 commentaire

Né au Havre, Philippe Huet endosse une jeunesse insouciante parrainée par l’obsédant sermon parental: «Mais qu’est-ce qu’on va faire de toi?» Lui, il le sait depuis toujours: journaliste.

Huet entre dans la gazette locale en rêvant beaucoup plus à Albert Londres qu’à Georges Simenon. Il devient donc grand reporter avant de lâcher brutalement le quotidien pour entrer en littérature.

Parallèlement à des bouquins d’enquêtes, il publie sa première fiction en 1992: Quai de l’Oubli. Suit La Main morte, salué par le Grand Prix de littérature policière. Depuis, la recette humour froid et tendresse désespérée ne cesse plus de mitonner. Ce qui fait dire à Michel Abescat (dans Le Monde): “Le maître-artisan du roman noir reste à la hauteur de sa renommée tant il excelle dans le rendu des atmosphères, ce talent simenonien à faire vibrer les petits détails qui font l’épaisseur de la vie”. Avec ses romans, Les Quais de la colère, Les Émeutiers (avril 2015) et Le Feu aux Poudres (2016) Philippe Huet change de registre et fait «revivre les grandes luttes sociales du début du XXe siècle».

  • Quai de l’Oubli (Albin Michel et Livre de Poche, 1994)
  • La Main Morte. Grand Prix de Littérature Policière (Albin Michel 1994 et Livre de Poche 1996).
  • La Nuit des Docks (Albin Michel, 1997 et Livre de Poche)
  • Cargaison Mortelle (Albin Michel, 1999 et Livre de Poche)
  • Les Démons du Comte (Albin Michel et Livre de Poche, 2001)
  • Un Jour Sang (Albin Michel et Livre de Poche, 2003)
  • L’Inconnue d’Antoine (Rivages/Thriller et Rivages/Noir, 2005)
  • Les Quais de la Colère (Albin Michel, 2005 et Livre de poche, 2006)
  • Souk à Marrackech (Albin Michel, 2006 et Livre de poche, 2007)
  • Bunker (Rivages, 2008)
  • L’ivresse des Falaises (Rivages, 2009)
  • Dribbling (Rivages, 2010)
  • La Poubelle pour aller danser (Le Poulpe, 2011)
  • Nuit d’Encre (Albin Michel, 2012)
  • Les Égarés de la plage (Albin-Michel, 2014)
  • Les Émeutiers, prix de l’Académie des Arts et Belles Lettres de Caen, prix Octave Mirbeau, prix des Ancres Noires. (Rivages, 2015)
  • Le Feu aux poudres (Rivages, mai 2016)

Bunker :

« C’est surtout la description de ce village normand étouffant, fermé, voulant absolument recouvrir la réalité parfois sordide sous le clinquant des célébrations officielles qui fait la force de ce polar. Sans oublier les drames vécus, et le véritable héroïsme de certains, Philippe Huet met en lumière toutes les petites lâchetés, mesquineries et saloperies que la guerre rend possibles. Et les traumatismes, les souffrances et les haines qui en résultent. ». (Jean-Marc Laherrère, actu du noir)

Le feu aux poudres :

« Le style Huet est là, ciselé : sans pareil pour décrire une scène de troquet, une réunion clandestine, un affrontement dans une usine occupée. On est scotché… »  (Ouest-France)

Un échange avec Philippe Huet à l’Université Le Havre Normandie.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Captcha * Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.