Abonnement aux flux : Articles | Commentaires

Naïri Nahapétian

0 commentaire

Naïri Nahapétian (c) Patrick Devresse

Naïri Nahapétian (c) Patrick Devresse

Naïri Nahapétian est née en 1970 dans une famille arménienne à Téhéran, ville qu’elle a quittée en 1980 après la révolution islamique sans pouvoir y retourner durant quinze ans.

Elle a réalisé de nombreux reportages en Iran publiés dans différents titres de presse (Politis, Témoignage chrétien, Charlie hebdo, Arabies…) avant de commencer à travailler il y a une dizaine d’année en tant que journaliste au sein de la rédaction d’Alternatives économiques.

Elle a écrit deux polars Qui a tué l’ayatollah Kanuni ? et Dernier refrain à Ispahan, traduits en plusieurs langues européennes et parus en Points Policier. Tous deux visent à faire découvrir la société iranienne au-delà les stéréotypes occidentaux, le premier mettant en scène la corruption de la République islamique et le deuxième la situation des femmes en Iran.

Son troisième roman, Un agent nommé Parviz, poursuit l’exploration de la société iranienne et de ses paradoxes à travers le conflit du nucléaire.

 

Romans

Un agent nommé Parviz, éd. de l’Aube, avril 2015.

Dernier refrain à Ispahan, éd. Liana Levi, février 2012, éd. Points-Seuil, mai 2014

Qui a tué l’ayatollah Kanuni ?, éd. Liana Levi, janvier 2009, éd. Points-Seuil, juin 2013

Essai

L’usine à vingt ans, éd. Les Petits matins, janvier 2006.

Nouvelles et textes littéraires

Téhéran, Alibi magazine, hiver 2012,

Son histoire, Rue Saint-Ambroise n° 20, janvier 2008,

Les immigrés, Brèves, volume 81, 1er trimestre 2007,

Mireya, Rue Saint-Ambroise n° 17, mars 2006,

L’appartement, Charlie hebdo, 15 septembre 1999,

Chirurgie, Charlie hebdo, 29 septembre 1999, etc.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Captcha * Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.