Abonnement aux flux : Articles | Commentaires

James Grady

0 commentaire

James GRADY © BASSO CANNARSA

James GRADY © BASSO CANNARSA

James Grady, grand auteur américain, connaît le succès dès son premier roman Les Trois jours du Condor (The Six Days of the Condor, 1974), tourné pour le cinéma par Sydney Pollack. Ce livre connaît immédiatement une suite avec L’Ombre du Condor.

Mais avant de devenir écrivain, James Grady fut journaliste et participa activement à la vie politique des années 1970. Il a notamment passé une année auprès du sénateur Metcalf au cours de l’épilogue du Watergate.

Au cours de sa carrière, Grady a signé de très nombreux romans policiers dans lesquels il aborde différents genres notamment le thriller avec Just a Shot Away (1987), le roman noir avec Catch the Wind (1980), ou Steeltown, 1988) roman dans lequel il utilise le thème de la ville pourrie dans la lignée de Moisson rouge de Dashiell Hammet.

La Ville des ombres (City of Shadow, 2000) relate un banal cambriolage. En fait, il s’agit de l’affaire des « plombiers » du Watergate. Pour François Guérif, directeur de la collection Rivage, dans laquelle publie James Grady, ce roman constitue une fidèle radiographie des Etats-Unis des années 1960/1970, alors en pleine crise de conscience.

Son dernier roman Mad Dogs, paru en janvier 2013, relate la course folle de cinq ex-agents de la CIA, souffrant de syndromes post-traumatiques aigus qui découvrent leur psychiatre assassiné. Accusés du meurtre, ils doivent s’évader du lieu de haute sécurité, où ils sont internés, pour découvrir la clé du mystère qui se trouve à Washington «Un sprint déjanté contre la montre et la folie, empruntant la route d’une Amérique désenchantée». (Marianne).

 

 

Les trois jours du condor (Six Days of the Condor, 1974), Belfond (1975) ; puis réédité et révisé sous le titre Les six jours du condor, Rivages/Noir (2007)

L’ombre du condor (Shadow of the Condor, 1975) Belfond (1979) puis j’ai Lu (1980)

Le feu du rasoir (Razor Game, 1985) Presses de la Cité (1987)

Steeltown (Steeltown, 1988) J’ai Lu (1992) puis Rivages/Noir (2000)

Le fleuve des ténèbres (River of Darkness, 1991) Rivages/Thriller (1992) puis Rivages/Noir (1994)

Tonnerre (Thunder, 1994) Rivages/Thriller (1995) puis Rivages/Noir (1996)

Comme une flamme blanche (White Flame, 1996) Rivages/Noir (2002)

La ville des ombres (City of Shadows, 2000) Rivages/Thriller (2002) puis Rivages/Noir (2005)

Mad dogs (Mad Dogs, 2006) Rivages/Thriller (2009) puis Rivages/Noir (2013)

 

A propos de La ville des ombres

« James Grady raconte admirablement la vie de la Maison-Blanche, les rumeurs, les coups fourrés, et ce scandale à la fois pitoyable et shakespearien. Cinq ans de travail pour un roman touffu et passionnant qui l’installe au même rang qu’un Robert Ludlum ou un James Ellroy.»

Christine Ferniot dans Lire

 

A propos de Mad dogs

« Un sprint déjanté contre la montre et la folie, empruntant la route d’une Amérique désenchantée».

Marianne

 

Son site (en anglais)

Sur Wikipedia… en français.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Captcha * Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.