Abonnement aux flux : Articles

Arni Thorarinsson

0 commentaire

Arni Thorarinsson (c) Daniel Mordzinski_01Arni Thorarinsson est né à Reykjavik en Islande, en 1950 et montre dès son plus jeune âge un intérêt pour le cinéma, la musique et l’écriture. Après des études de littérature comparée à l’université de Norwich en Angleterre, il parvient à combiner ses trois passions en devenant critique de films et de livres, avant de se lancer dans les reportages d’investigations, interviews et autres promotions d’ouvrages. Journaliste de profession, il travaille pour deux grands journaux islandais et devient fondateur et éditeur du premier hebdomadaire islandais d’investigation.

Il participe par la suite au succès du magazine « Glossy », le plus populaire du pays.

Membre des jurys de festivals internationaux de cinéma, il a été organisateur du Festival de cinéma de Reykjavik de 1989 à 1991.

Travaillant régulièrement à la radio et à la télévision comme scénariste, il écrit dix polars vendus dans plus de quinze pays à travers le monde. Ses ouvrages rencontrent rapidement le succès et Einar, son journaliste de héros, devient célèbre par-delà les frontières islandaises, puisque ses aventures sont traduites dans presque toute l’Europe. Cinq d’entre elles ont été publiées en France aux Editions Métailié.

Son dernier roman publié en France, Le crime, histoire d’amour délaisse un temps le personnage d’Einar.

Série Einar :

  • Le temps de la sorcière – Éditions Métailié, 2007
  • Le dresseur d’insectes – Éditions Métailié, 2008
  • Le septième fils – Éditions Métailié, 2010
  • L’ange du matin – Éditions Métailié, 2012
  • L’ombre des chats – Éditions Métailié, 2014

Autres :

  • Le crime, histoire d’amour – Éditions Métailié, 2016

L’ange du matin :

« Arni Thorarinsson, d’une plume à la fois légère, caustique et clairement politique raconte les dégâts du libéralisme et met en branle une intrigue à couper le souffle.».

Martine Laval. Siné Mensuel.

L’ombre des chats :

« Arni Thorarinsson décape au vitriol le nouvel ordre mondial, dévoilant toujours l’obsession planétaire de l’argent. »

Alain Léauthier, Marianne.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Captcha * Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.