Abonnement aux flux : Articles

Gilles Bornais

0 commentaire

Gilles Bornais

Gilles Bornais

Gilles Bornais est né en novembre 1958 dans les Hauts-de-Seine et a habité pendant 40 ans la banlieue nord de Paris. Nageur de niveau national, il obtient son bac (littéraire) au lycée sport-études de Vichy avant de devenir étudiant à Paris XIII (Villetaneuse). Il entre à 20 ans au service des sports du journal Le Parisien, devient 20 ans plus tard rédacteur en chef puis directeur général de l’Echo républicain à Chartres, puis rédacteur en chef du Parisien et directeur de la rédaction de France Soir. Parallèlement il a été entraîneur de natation pendant 17 ans. En 2001, son premier roman Le Diable de Glasgow, un polar historique situé dans l’Ecosse du 19ème siècle, obtient le prix Griffe Noire du meilleur roman policier français. Il publie ensuite sept romans noirs ou policiers dont Franconville bâtiment B (Série Noire Gallimard), Ali casse les prix (Grasset) et Les nuits rouges de Nerwood. En 2012, il met en scène une championne olympique de natation dans Huit minutes  de ma vie (Lattès).

Il est aujourd’hui consultant et formateur dans la presse et vit à Paris

 

 

Enquêtes de Joe Hackney, inspecteur à Scotland Yard

Le Diable de Glasgow, Atout éditions (2001)

Le Bûcher de Saint-Enoch, Grasset (2005)

Le mystère Millow, Grasset (2006)

Les nuits rouges de Nerwood, Galodé  (2011)

Le trésor de Graham, Galodé  (2012)

 

Autres

Franconville bâtiment B, Série Noire (2001)

Le serin de monsieur crapelet, Atout éditoins (2002)

Ali casse les prix, Grasset (2004)

Huit minutes de ma vie, Lattès (2012)

 

A propos de Les nuits rouges de Nerwood

« Un décor très présent, oppressant, sinistre, où la nature n’est pas aimable mais hostile envers l’homme (ou du moins hostile envers l’homme de la ville qu’est Joe).

Pour finir, une peinture très sombre des relations sociales au cœur du roman, des relations sociales qui se caractérisent par leur violence, leur brutalité et leur cruauté. Certes il ne fait pas bon être pauvre dans l’Angleterre du XXI° siècle, dans celle de Gilles Bornais et de Joe Hackney, c’était un enfer. Bref c’est très noir, étouffant, solidement documenté, prenant … A lire, comme le reste de la série. »

Jean-Marc Laherrère (actu-du-noir).

 

A propos de Huit minutes de ma vie

« Gilles Bornais, pour avoir été lui-même champion de natation et entraineur, sait parfaitement restituer l’atmosphère d’un univers de solitude, de la discipline de fer qui régit la vie des sportifs de haut niveau. Le style simple, vif, plus proche du papillon que de la brasse, nous plonge en apnée dans ce monde si particulier où le chronomètre impose sa loi. »

Anne Bersac dans NordBretagne.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Captcha * Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.