Abonnement aux flux : Articles | Commentaires

Giancarlo De Cataldo

0 commentaire

Giancarlo De Cataldo est un magistrat italien, mais aussi un romancier, dramaturge, essayiste, scénariste, et l’un des écrivains de roman noir les plus importants d’Italie.

Né en 1956 à Tarente, ville et province du sud, Giancarlo De Cataldo, s’installe à Rome en 1973 où, après ses études de droit, il sera nommé juge à la cour d’assises.

Il publie son premier roman Nero come il cuore en 1989, et déploiera dès lors une intense activité littéraire en tant que romancier, auteur de nouvelles, de pièces de théâtre, de scénarios et d’essais. Il collabore également à plusieurs journaux : la gazetta del mezzogiorno, II messagero, Il Nuovo, Paesa Sera, et Hot.,

Amené à juger des membres de la bande de la Magliana qui régnait sur « le milieu » romain vers la fin des années 70, il s’inspire de son expérience quotidienne au sein de la cour d’assises pour rédiger son premier grand roman, Romanzo Criminale (2002), l’histoire d’une bande de jeunes truands qui tirent profit de la situation politique italienne et entament leur ascension dans l’univers du crime à coup d’enlèvements, de trafic de drogue et d’alliances mafieuses. La police, plus préoccupée par les activismes d’extrême gauche que par les exactions des groupes mafieux, laissent ces nouveaux criminels faire leur chemin et développer leurs réseaux au sein de la classe politique, des services secrets et des mouvements d’extrême droite. Cette fantastique chronique du crime à Rome entre 1978 et 1992 recevra le Prix du polar européen et le Prix Trophée 813 en 2006, et sera adapté au cinéma la même année par Michele Placido.

Giancarlo De Cataldo livre une suite à ce roman, La Saison des massacres (Nelle mani giuste), publié en 2007 (traduction française en 2008). Deux des principaux protagonistes, déjà présents dans Romanzo criminale, le commissaire Scialoja et Patrizia, l’ex-prostituée dont il est toujours amoureux, sont au cœur des relations complexes de l’État italien avec la Mafia et de l’Opération Mains propres dans les années 1990. Outre ces deux ouvrages et la trilogie criminelle commencée en 1989, l’auteur publie d’autres romans qui n’appartiennent pas toujours au genre policier, comme Le Père et l’Étranger (Il padre e lo straniero, 1997) et Les Traîtres (I tradittori, 2010), dont nombreux restent à traduire en français.

Giancarlo De Cataldo a également traduit en italien deux recueils de poésie de l’artiste canadien de Léonard Cohen.

Le roman Suburra de Giancarlo de Cataldo et Carlo Bonini, dont la traduction française (Sergé Quadruppani) est parue en 2016 aux Editions Métailié, fait partie de la sélection 2017 du Prix Violeta Negra.

Série Commissaire Scialoja

  • Romanzo criminale, Éditions Einaudi, 2002, publié en français sous le titre Romanzo criminale, traduit par Catherine Siné et Serge Quadruppani, Editions Métailié, 2006, réédition aux Éditions du Seuil, coll. « Points. Policier » 2007 et 2015,
  • Nelle mani giuste, Éditions Einaudi, 2007, publié en français sous le titre La Saison des massacres, traduit par Serge Quadruppani,Editions Métailié, 2008

Série Trilogia criminale

  • Nero come il cuore, Éditions Interno Giallo, 1989
  • Onora il padre. Quarto comandamento, Éditions Giallo Mondadori, 1999 (écrit sous le pseudonyme de John Giudice).
  • Teneri assassini, Éditions Einaudi, 2000

Autres romans

  • Contessa, Editions LIBER Internazionale, 1993
  • Il padre e lo straniero, Éditions Manifestolibri, publié en français sous le titre Le Père et l’Étranger, traduit par Paola De Luca et Gisèle Toulouzan, Editions Métailié, 2011
  • I giorni dell’ira. Storie di matricidi, Editions Feltrinelli, 1998
  • L’India, l’elefante e me, Editions Rizzoli, 2008
  • La forma della paura, Editions Einaudi, 2009, publié en français sous le titre La Forme de la peur, traduit par Serge Quadruppani, Editions Métailié, 2011
  • I tradittori, Editions Numeri Primi, 2010, publié en français sous le titre Les Traîtres, traduit par Serge Quadruppani, Editions Métailié, 2012
  • Io sono il Libanese, Editions Einaudi, 2012, publié en français sous le titre Je suis le Libanais, traduit par Paola De Luca et Gisèle Toulouzan, Editions Métailié, 2014
  • Suburra, co-écrit avec le journaliste Carlo Bonini, Editions Einaudi, 2013, publié en français sous le titre Suburra, traduit par Serge Quadruppani, Editions Métailié, 2016
  • Nell’ombra e nella luce, Editions Einaudi, 2014

Sur Les Traitres sur le site Actu du Noir.

Suburra, la suite magistrale de Romanzo Criminale sur le site Actu du Noir.

L’émission Cercle Polar reçoit Giancarlo De Cataldo en février 2016.

Une interview de l’auteur par Jean-Marc Laherrère à Toulouse, traduction de Serge Quadruppani qui est aussi le traducteur de De Cataldo pour les Editions Métailié.

Sur le site du Monde, « Giancarlo De Cataldo, un juge à part ».

Un site qui détaille la bibliographie de l’auteur (en italien)

Le site français du film Romanzo Criminale.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Captcha * Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.