Abonnement aux flux : Articles

Carlo Lucarelli

0 commentaire

Carlo Lucarelli est né à Parme le 26 octobre 1960 et vit non loin de Bologne. Considéré comme l’un des auteurs de roman noir le plus populaire d’Italie, il a fait ses débuts avec la série du commissaire De Luca (dont Via delle Oche qui reçoit le Prix Mistery en 1996,). Ces trois romans sont parus à la Série Noire. C’est en 1998 que Gallimard fait paraître, dans la collection la Noire, Guernica, un superbe roman à l’écriture sobre et d’une grande beauté qui se déroule pendant la guerre civile espagnole en 1937.

Sa passion pour le mystère et pour l’histoire de l’Italie est à l’origine de son roman L’île de l’ange déchu, puis deux romans se déroulant en Ethiopie du temps de la colonisation italienne, dont le dernier, Albergo Italia, traduit par Serge Quadruppani, et publié en 2016 aux éditions Métailié.

En 2011, Fleuve Noir publie le délicieux Meurtre aux poisson rouges,  écrit à quatre mains avec le maestro Andrea Camilleri.

Les romans et essais de Carlo Lucarelli ont été traduits dans des nombreux pays, notamment en France, en Allemagne, aux États-Unis, Royaume-Uni, Espagne, Portugal, Japon, Hollande, Grèce, Norvège, Brésil et Roumanie.

Lucarelli a animé plusieurs séries d’émissions télévisées à succès consacrées aux meurtres célèbres non résolus, crimes des mafias, terrorisme, services secrets corrompus…

  • Phalange armée, Série Noire (1996)
  • Le Jour du loup, Série Noire (1998),
  • Guernica, La Noire, (1998)
  • Via Delle Oche, Série Noire (1999)
  • Almost Blue, La Noire, (2001)
  • L’Île de l’Ange déchu, La Noire, (2002)
  • Laura de Rimini, Série Noire (2003)
  • Loup-garou, Série Noire (2003)
  • La huitième vibration, Métailié (2010)
  • Albergo Italia, Métailié (2016)

La huitième vibration :

« A travers La Huitième Vibration et le désastre colonial italien, Carlo Lucarelli aborde ainsi les conflits Nord-Sud, les guerres contemporaines, le racisme, le mépris de l’autre […] un passionnant roman choral, foisonnant de personnages et d’aventures. »

Fabio Gambaro. Le Monde.

Albergo Italia :

« Au-delà de l’amusement, Carlo Lucarelli excelle quand il s’agit de nous faire ressentir la chaleur, la transpiration qui dégouline, l’air raréfié du plateau, les odeurs lourdes et enivrantes de Massaoua, ou légères mais tout aussi entêtantes d’Asmara. »

Jean-Marc Laherrère (actu du noir)

Le site de Site de l’auteur (en italien)

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Captcha * Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.