Abonnement aux flux : Articles

Andreu Martín

0 commentaire

Andreu Martín, né à Barcelone en 1949, est romancier, bédéiste et scénariste.

Diplômé en Psychologie de l’Université de Barcelone en 1971, il n’exercera jamais dans ce domaine et préfèrera l’écriture de scénario de bandes dessinées. Dès 1965, il imagine, avec Edmond Ripoll aux dessins, la série de science-fiction Fantasia S.A., parue en français sous le titre Fantasia et Cie dans les dix premiers numéros de la revue Antarès. Outre son activité de bédéiste, Martín se lance dès 1969 dans la littérature d’enfance et de jeunesse avec Vampire malgré moi (1969), puis, à partir de la fin des années 1970, publie un grand nombre de romans policiers.

Il contribue ainsi au côté de ses compatriotes illustres aux côtés de Manuel Vázquez Montalbán et Francisco González Ledesma à la création et au développement du roman policier espagnol moderne, et à la mise en lumière de Barcelone comme capitale de ce renouveau.

Il reçoit le prix Hammett en 1989 pour Barcelona connection.

Après une période où il n’était plus traduit chez nous, il revient en fanfare avec un roman noir et ironique, grinçant et humain, Société noire, qui fait partie des livres sélectionnés pour le prix Violeta Negra qui sera remis lors du festival.

Jeunesse :

  • La Sardine, Paris, Hachette, coll. Bibliothèque verte no806, 1990
  • Lieux du crime, Paris, Flammarion, Castor poche no649, 1998
  • Alfagann c’est Flanagan, Paris, Gallimard, coll. Page noire no28, 1998
  • Vampire malgré moi, Paris, Gallimard, Folio junior no978, 2001
  • Enfer et Flanagan, Paris, Gallimard, coll. Scripto, 2004

Adultes :

  • Prothèse (série noire, 1994)
  • Un homme peut en cacher un autre. (Seuil, 1996).
  • Jésus en enfer (série noire, 1996)
  • Barcelona Connection (série noire, 1998)
  • Vainquers et cons vaincus (poulpe, 1999)
  • L’homme au rasoir (série noire, 2001)
  • Société noire (Asphalte, 2016)

Société noire :

« En plus de l’histoire, des personnages et du propos, Société noire est porté par l’écriture d’Andreu Martín, enlevée, drôle et témoignant d’un oeil perçant sur ce qui l’entoure, capable de restituer les situations avec une fraîcheur bienvenue. Depuis 2005 l’auteur, âgé de 67 ans et figure importante du polar espagnol, n’était plus publié en France. Ce roman laisse deviner combien les lecteurs y ont perdu. ». (Caroline de Benedetti, Fondu au noir)

« Tout cela nous donne un roman extrêmement rythmé, bourré d’humour et d’action et doté d’un arrière-plan social et politique intéressant. C’est peu dire que l’on prend plaisir à lire cette histoire échevelée. » (Yan Lespoux, encore du noir)

Le grand retour d’Andreu Martin sur le site Actu Du Noir de Jean-Marc Laherrère.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Captcha * Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.