Abonnement aux flux : Articles

Alfonso Mateo Sagasta

0 commentaire

Alfonso Mateo Sagasta fut notre hôte lors du premier salon TPS (octobre 2009). Il revient cette année pour notre plus grand plaisir.

Né à Madrid en 1960, Alfonso Mateo Sagasta fait des études d’histoire et de géographie à l’Université Autonome de Madrid et y obtient une licence en histoire antique et médiévale. Pendant quelques années, il travaille comme archéologue, sur des projets ayant trait au Moyen-âge sur la péninsule ibérique, avant d’ouvrir une librairie spécialisée en archéologie et anthropologie. L’aventure dure onze ans, dans trois locaux différents. En 1998, il décide de se consacrer à l’écriture.

Son premier roman, El olor de las especias, est publié en 2002. Le suivant, Ladrones de tinta, paru en 2004 (Voleurs d’encre, 2008 pour la traduction française) gagne le prix international 2005 du roman historique de Zaragosse, et le Premio Espartaco décerné par la Semana Negra. Son roman suivant, El gabinete de las maravillas, publié en 2006 (Le cabinet des merveilles, 2011) reprend le personnage de Voleurs d’encre. Il gagne lui aussi le prix Esparctaco en 2007.

En 2005, il publie Las flores de otoño, recueil d’articles qui constitue un guide de lecture pour aborder les œuvres du Siècle d’Or espagnol. En 2007, il participe à une œuvre collective intitulée El Quijote inédito de Édouard Zier, à une nouvelle version des Contes des Mille et une nuits, et en 2008 à l’œuvre collective intitulée Lo breve si breve, cuentos sobre películas cortas.

Fin janvier 2009, il publie Las caras del tigre. Il passe ensuite trois ans à étudier le monde maya et un personnage incroyable appelé Gonzalo Guerrero. Le résultat de ses recherches et de l’écriture qui suit est publié en 2011 sous le titre de Caminarás con el sol qui lui vaut un nouveau prix du roman historique.

Le cabinet des merveilles, son dernier roman traduit en France chez Rivages, a été sélectionné pour le second prix Violeta Negra décerné par TPS.

 

. Voleurs d’encre (Ladrones de tinta) – Rivages, 2008

. Le cabinet des merveilles (El cabinete de las maravillas) – Rivages, 2011

 

Le cabinet des merveilles

« Si les nains des tableaux de Vélasquez vous subjuguent, si vous aimez « Ruy Blas », mais plutôt dans sa version  » il est l’or, monseignor » de « La folie des grandeurs », vous allez adorer ce livre. Parce qu’il combine l’atmosphère ampoulée du siècle des « Ménines » et l’attrait pour les bizarreries d’un cabinet de curiosités. Mélange étonnant, il est vrai, mais qui fonctionne à merveille, comme dans « Voleurs d’encre » réédité en poche. »

Julie Malaure. (Le Point)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Captcha * Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.