Abonnement aux flux : Articles | Commentaires

24 mai 2013 : rencontre avec Michel Baglin et Jean-Marie Dumarquez

0 commentaire

TOULOUSE POLARS DU SUD et SAINT-CYPR’ QUARTIER LIBRE
en collaboration avec la Librairie de la Renaissance

vous proposent une rencontre littéraire avec des auteurs 100 % toulousains : une occasion unique pour les lecteurs de rencontrer des auteurs dans un contexte intimiste mais également de partager leurs impressions entre lecteurs. Au programme présentation et discussion autour des 2 romans, séance de dédicace.

Date : 24 mai 2013 à 19 heures
Lieu du crime : Restaurant les Saisons du Monde, 33 rue Varsovie, Toulouse

Suspect n°1 : Michel Baglin, écrivain
Pièce à conviction : son dernier roman La Part du diable et autres nouvelles noires

Ces treize nouvelles annoncent la couleur : elles sont « noires » comme la littérature policière et comme l’humour, car elles font certes « la part du Diable », mais aussi celle du sourire et l’enquête s’avère prétexte à un drôle de chassé-croisé entre l’auteur et des personnages malcommodes !
Ici, c’est la rivalité d’auteurs de polars qui crée l’événement, là, une modeste orchidée ou la métamorphose d’une nageuse en redoutable sirène. Ailleurs, un jeu de mots involontaire conduit au meurtre, la destruction d’un château d’eau réveille le passé et l’explosion d’une usine toulousaine, la violence.

On croise dans ces histoires de drôles de gens, vigile sans amis, voyous et flics sans flair et vieux maniaque découvrant le diable dans le chaos qui gagne son existence, aussi bien que les fantômes de la Guerre d’Espagne. Mais à travers le poète inventé qui s’incarne un beau jour en un interlocuteur menaçant, le garagiste se reconnaissant chez Flaubert ou la pochtronne heureuse de réécrire les faits divers, c’est l’inconscient et les fantasmes qui viennent perturber la réalité, autrement dit : le réel qui se trouve presque toujours pris au piège de la fiction.

 

Suspect n°2 : Jean-Marie Dumarquez, écrivain
Pièce à conviction : son dernier roman City Blues, (City Music 1), une équipée mortelle au cœur des cités.

Un cambriolage qui tourne mal. La maison vide est en fait occupée par une jeune femme qui abat froidement l’un des cambrioleurs. Les malfaiteurs parviennent toutefois à s’enfuir avec une mallette pleine de billets, à l’exception de notre héros qui croit retrouver un amour d’enfance en la personne qui vient d’abattre l’un de ses complices…

Manifestement, l’argent dérobé ne sent pas bon. Il s’agit de l’argent de la drogue et nos petits malfrats se retrouvent confrontés au grand banditisme dans une aventure meurtrière qui les dépasse. Si leur manque de professionnalisme les dessert, leur « innocence » déstabilise leurs adversaires, jusqu’à ce que la Cité s’embrase. Ils auront alors un choix à faire, un choix cruel pour des voleurs : garder ou restituer leur butin…

Embarqué dans cette équipée sauvage qui met la Cité à feu et à sang et sème la mort sur son passage, notre héros traverse les événements comme s’il n’était pas concerné, obsédé par de vieux remords et par la quête de plus en plus pressante de ses racines. Il obtiendra, un peu tard, quelques réponses essentielles à ses questions existentielles…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Captcha * Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.